POURQUOI FAUT-IL ARRETER DE GASPILLER ?

C’est un peu comme un leitmotiv. Chaque jour on te dit « n’en prends pas plus sinon ça va finir à la poubelle », ou « on a eu les yeux plus gros que le ventre », ou encore le sempiternelle « mais que fais-tu ? ça ne se jette pas voyons » lorsque l’on s’apprête à jeter ce minuscule bout de viande dans le poulet, et dont tout le monde s’accorde à dire que c’est le meilleur morceau mais que personne ne mange finalement.

Mais toi, Internaute gourmand qui nous lis et nous suis si attentivement, sais-tu seulement ce que cache nos recettes anti-gaspi si fabuleuses ? Sais-tu pourquoi nous nous battons chaque jour pour éviter la fatalité de la poubelle aux aliments de ton frigo ? T’es-tu déjà demandé pourquoi il était si important de ne rien jeter ?

Les faits

 

Croissance démographique : produire plus pour nourrir plus ?

 

C’est un fait. La population mondiale est en pleine croissance et ce n’est pas près de s’arrêter. De 2,5 milliards d’êtres humains en 1950, nous sommes passés à 7,5 milliards en 2017, et en 2050, nous serons un peu moins de 10 milliards de personnes sur Terre . Et là, tu te demandes « comment allons-nous faire pour nourrir toutes ces bouches ? Il va falloir mettre un coup d’accélérateur pour faire en sorte que chacun y trouve son compte ! ». Eh bien figure toi que c’est un peu ce que les industriels se sont dit. Mais plus de bouches signifie-t-il forcément produire plus ?

Non, car tu seras étonné(e) d’apprendre que la production mondiale agricole actuelle pourrait théoriquement suffire pour nourrir 12 milliards d’êtres humains. Si si, nous te voyons avec tes grands yeux ébahis. Avec ce qui est produit aujourd’hui, nous pouvons subvenir aux besoins de près de deux fois le nombre actuel d’êtres humains peuplant cette Terre.

Alors pourquoi se restreindre si tout est abondant ?

 

Tout n’est pas abondant justement. C’est là qu’est le hic. Dans ces productions, il faut soustraire celle qui est destinée à nos élevages : ça représente déjà 1/3 des céréales en moins. Mais il y a aussi la question à laquelle nous revenons inévitablement... Celle du gaspillage. Un rapport de la FAO (Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture, établie à Rome) a montré qu’un tiers de la production mondiale de nourriture était victime du gaspillage alimentaire. Cela représente 1,3 milliard de tonnes par an, soit 160 kg par an et par habitant.

Ce gaspillage a un prix non seulement économique (rien qu’en France, le coût économique du gaspillage alimentaire est estimé à 16 milliards d’euros chaque année) mais surtout environnemental. Chacun de nos repas équivaut à une émission de 3 kg de CO2. En effet, chacun des aliments que nous utilisons pour composer nos assiettes demande beaucoup d’énergie à la production. De la culture à l’assiette, il y a le traitement, le stockage et le transport à prendre en compte ! En multipliant à trois repas quotidiens sur 365 jours, le bilan annuel à l’arrivée se fait lourd... D’après une étude de la FAO en date de 2013, le gaspillage alimentaire serait à l’origine du rejet de 3,3 gigatonnes de gaz à effets de serre. Pour te faire une image, ça représenterait le troisième plus gros pollueur après la Chine et les États-Unis. 

Et nous dans tout ça ?

 

Suis-je le seul coupable ?

Non, bien sûr, le consommateur n’est pas le seul responsable. Mais, dans les pays « riches », comme en France par exemple, c’est le premier responsable, avec 33% des pertes. En second vient le producteur (32%), en troisième, ceux en charge de la transformation du produit (21%), et en quatrième, le distributeur (14%). En 2010, la Commission européenne a mené une étude concluant que les foyers seraient même à l’origine de 42% du gaspillage alimentaire en Europe.

À l’inverse, dans les pays en développement et souffrant de difficultés économiques, le gaspillage alimentaire est principalement issu d’un stockage et de transports inadaptés ne permettant pas la bonne conservation des aliments.  

Mais que-faire ?

 

Alors on t’entend t’inquiéter et dire « mais après tout, n’appartient-t-il pas aux décideurs publics de prendre les armes contre ce fléau ? ». Et tu as raison. La politique peut beaucoup à ce niveau-là, et en la matière, les choses commencent à changer :

  • En 2013, le gouvernement signe le pacte national anti-gaspillage, visant à réduire le gaspillage alimentaire par moitié d’ici à 2025.
  • En 2014, Stéphane le Foll, alors ministre de l’agriculture, présente sa feuille de route en 4 axes pour sa nouvelle politique publique de l’alimentation.
  • En 2016, une nouvelle loi anti-gaspillage est adoptée, interdisant par exemple aux grandes surfaces de jeter leurs invendus.
  • En 2017, les états généraux de l’alimentation génèrent 5 mois de débats à l’issue desquels le projet de loi pour une alimentation saine et durable est présenté au Parlement.
  • À la rentrée 2018, ce projet de loi devrait être adopté, et donner lieu à des résultats concrets dans la lutte pour le gaspillage alimentaire au niveau des écoles.

Mais la récente démission du Ministre de l’Écologie et de la Transition Solidaire, Nicolas Hulot, nous prouve qu’avant d’être une affaire politique, l’écologie est surtout une conscience qui doit dépendre de chacun d’entre nous.

Alors voilà, cher Internaute gourmand : il faut déjà commencer par avoir conscience des problématiques et connaître les solutions existantes. Parce que oui, les solutions, elles existent. Beaucoup d’acteurs se mobilisent chaque jour pour faire en sorte de participer à leur niveau à la lutte contre la dégradation de notre environnement et le gaspillage alimentaire. En utilisant Save Eat ou Graapz, tu fais déjà un énorme pas pour la protection de l’environnement et tu permets de contribuer significativement à la réduction des émissions de CO2 et à la surconsommation. C’est très important car comme tu le sais, le 1er Août dernier, nous avons atteint le Jour du Dépassement ; concrètement cela veut dire qu’en 212 jours nous avons déjà consommé l’ensemble des ressources que la planète est capable de produire en 365 jours, et que nous vivons désormais à crédit.

Alors juste pour ça, pour cet effort que tu fais chaque jour avec nous, avec les autres, pour changer tes habitudes et pour consommer différemment, nous te remercions. Et demain, ce seront tes enfants qui le feront !

L'équipe de Save Eat

Découvre Save Eat, l’application qui permet de cuisiner sans gaspiller. 

Suis-nous ! 

Besoin d’info ?

hello@saveeat.co

Inscris-toi à notre newsletter

Ne loupe plus rien des astuces de Save Eat

* Champs obligatoires

Vos données font l’objet d’un traitement automatisé nous permettant de promouvoir nos actions et de vous envoyer uniquement les informations dont vous avez besoin. Elles sont conservées pour une durée maximales de 3 ans à compter du dernier contact émanant de votre part ou de votre désinscription. Conformément à la loi Informatique, Libertés du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d’un droit d’accès, de rectification, de suppression et de portabilité de vos données que vous pouvez exercer en vous adressant à hello@saveeat.co. 

© 2018 Save Eat

Fait avec 🖤 en France